Carpe
La Carpe
Repérage
Les pêches
Technique
Appâts
Matos
Sessions
Silure
Le Silure
Matos
Technique
Sessions
Autres
L'Amour
L'Esturgeon
Les Carnassiers
Connaître
Débuter
Records
Portraits
Esprit Carpiste
Coins Sympas
Infos Utiles
CAMOU
Coup de gueule
Coup de Coeur
Nature
Help !
Détente
Carp'Art
Humour
Cuisine
Téléchargement
Infos Site


Help ! Appât et petite rivière

Question de Vince35carpeur

"Bonjour,
Je pêche la carpe dans une petite rivière de 16 m à 23 m de large en moyenne. Cette rivière n'est jamais pêchée pour la carpe, le souci c'est qu'il n'y a pas de poste de nuit. J'attrape énormément de chevesnes à la bouillette même sur des grosses tailles plus de 20mm, j'ai essayé tout d'abord à la graine (maïs birdfood), j'ai eut quelques communes (en moyenne 6 kilos) et des chevesnes, aucune miroir. Puis j'ai essayé à la bouillette, là j'ai attrapé beaucoup de chevesnes des départs tous les quarts d'heures et toujours peu de carpes. J'ai ensuite essayer au Frolic et là miracle plus de chevesnes, beaucoup de miroir, un peu de communes. Le fond de la rivière est vaseux, il n'y a pas de moules et peu d'herbiers, les sauts de carpes sont quasi-inexistant, j'aimerais vraiment trouver une solution car les carpes que j'attrape en moyenne sont de 5 à 7 kilos mais jamais au-dessus de 10 kilos, je commence à désespérer par prendre de petites carpes (bien qu’elles se défendent bien) et beaucoup de chevesnes, pouvez-vous me donner une solution soit à une sorte de graine, de bouillette."




Salut,
Saches tout d’abord que tu as bien de la chance de pêcher un tel endroit vierge de pression de pêche ! Cela permets d’augmenter les sensations et surtout de pouvoir leurrer des carpes naïves sans artifice particulier ! Et comme d’habitude, les premiers départs sont riches en émotion !
Si je reformule ton interrogation, tu nous dis avoir été embêté par des bancs entiers de chevesnes et par la suite que tu n’arrivais pas à dépasser le poids de 10 kg dans l’espèce carpe !
Concernant les chevesnes, il faut savoir que ce cyprinidé est très sensible aux produits carnés, fréquemment rencontrés dans les bouillettes du commerce. Ca peut être du foie, ou bien encore de la farine de poisson blanc. Ces poissons adorent également les produits sucrés ! Par ailleurs, je trouve très étonnant que tu n’en ais pas pris au Frolic, car c’est le genre de produit dont ce goinfre raffole (tout comme les pellets !)
Concernant la taille des carpes, bien que la largeur des rivières ne soit pas forcément proportionnelle à la taille des carpes qui la peuplent en général, un poisson de 10 kg dans une rivière comme la tienne peut être déjà considérée comme un spécimen. Et même si les poissons plus gros sont présents, ils doivent rester minoritaires ce qui sous entends que tu en prendras beaucoup moins que des petites. Il faut bien avoir cela en tête, car même avec une méthode de pêche cohérente, il ne faut pas s’attendre à lever des +15 kg s’il n’y en a qu’une ou 2 dans le bief concerné !
Nous allons essayer de voir ce qui permettra d’augmenter ta moyenne tout en évitant les touches des indésirables :
Sélection par la taille des appâts
Concernant les appâts, il n’y a guère que les très grosses bouillettes (>28 mm) qui évitent de prendre (trop) de chevesnes et s’ils sont vraiment gros, faire un chapelet de 2 est nécessaire. L’inconvénient de ce genre de stratagème c’est que certes c’est sélectif, mais l’efficacité du montage est considérablement réduite. Il faut par conséquent équilibrer au plus juste ton appât pour qu’il monte dans la gueule de la carpe sans rester « coller au fond ».

Les gros appâts sont plus rapides à fabriquer !

Pour obtenir ce genre d’appât, tu peux soit les fabriquer à la main (les tables de 30 mm existent aujourd’hui) soit les acheter toute prêtes dans le commerce. On trouve maintenant assez facilement des diamètres supérieurs : 28-30-32 mm et + chez la plupart des fabricants. L’avantage de ces diamètres est qu’ils t’assurent une double tranquillité : petites carpes et autres indésirables ont beaucoup plus de mal à les saisir et les laisse de côté plus rapidement qu’une autre type d’appât.
Sélection par l’amorçage
Personnellement, je préfère agir sur l’amorçage. On dit souvent qu’il faut faire des amorçages d’accoutumance sur les rivières avant d’attaquer sa pêche. J’ai pas mal d’exemples en tête démontrant que ce n’est non seulement pas indispensables, mais également parfois néfastes. C’est le cas des rivières envahies par les silures qui se font un plaisir de passer à table avant les carpes et par là même de les chasser du coup !
Dans tout les cas, les amorçages massifs attirent irrémédiablement une nuée de poissons de toute sorte et c’est bien là le problème. Un poisson même modeste peut s’emparer de ton esche et créer un mouvement de panique dans le banc entier, rendant ainsi les spécimens plus méfiants ! La seule exception sera un amorçage d’accoutumance à l’aide de gros appâts et uniquement des gros appâts. Il faudra parfois un temps certain pour faire accepter de tels callots à un banc de carpe, et j’en vois surtout l’intérêt dans les rivières très fortement peuplées en poissons blancs de toute sorte. Là, la concurrence extrême accélère le boulot de tes amorçages en faisant accepter plus rapidement qu’ailleurs les offrandes venues du ciel !

Même de taille modeste, les carpes de rivière offrent toujours une défense inoubliable

Si tu pêches « au spot » voire sans amorçage, tu attireras beaucoup moins de poisson. Seul le placement de la canne compte et la quantité restreinte de particules ne pourra attirer que peu de poissons à la fois. On cible là un seul poisson à la fois. A ce petit jeu là, n’importe quel appât peut séduire un gros poisson. Un chapelet de maïs ou de tigers nuts par exemple ! Il faut un soupçon de chance, pas mal de temps et un sens de l’eau irréprochable. Pour moi, c’est la méthode fatale car un poisson piqué n’en effrayera pas d’autre (ce qui est un immense avantage dans les rivières peu larges). Autre avantage, une pêche au spot te permet d’exploiter plus de postes dans un temps donné sans rester dépendant d’un amorçage donné.
> Voilà donc quelques pistes pour répondre à tes interrogations. Un dernier conseil, ne tire pas trop vite de conclusion quant à l’utilisation de telle ou telle sorte d’appât. Seule une utilisation prolongée et comparative te permettra de voir ce qui est le plus prenant, et ce qui réponds le plus à tes attentes. Et n’oublie pas, c’est toujours au bord de l’eau que se vérifient nos théories les plus fumantes … et ce sont les poissons qui les jugent !



Page précédente
21 commentaires | Imprimer
[ Lundi 20 Mars 2006 à 11:00 ] Etienne